Accueil À propos de la SCSP Relations avec les gouvernements et Défense des droits Médias Coordonnées Plan du site Vie privée English
 
Société canadienne de la sclérose en plaquesMultiple Sclerosis Society of Canada
Sclérose en plaques Soutien et services Recherche Traitements Donnez maintenant Aidez-nous Évenements spéciaux

 


Société canadienne de la SP
  partager +

POUR PUBLICATION IMMÉDIATE


La Société canadienne de la SP annonce un investissement de 3,8 millions de dollars destiné à la recherche sur les formes progressives de la sclérose en plaques


Toronto, le 29 novembre 2011 – La Société canadienne de la sclérose en plaques et la Fondation pour la recherche scientifique sur la sclérose en plaques ont annoncé l’octroi d’une subvention de 3,8 millions de dollars destinée à financer des travaux de recherche portant sur l’interaction complexe entre dégénérescence et inflammation chez les sujets atteints de sclérose en plaques (SP). Dirigées par le Dr Peter Stys, du Hotchkiss Brain Institute de la Faculté de médecine de l’Université de Calgary, en Alberta, ces investigations auront pour objet les lésions dont la survenue précède l’inflammation caractéristique de la SP. Cette étude pourrait faire avancer l’état de nos connaissances sur les formes progressives de la SP.

Les subventions de recherche coopérative de la Fondation pour la recherche scientifique sur la SP visent à financer de vastes études coopératives multicentriques innovatrices qui favoriseront des avancées majeures dans le domaine de la sclérose en plaques. Parmi les principaux collaborateurs participant à l’étude du Dr Stys figurent des chercheurs de l’Université de Calgary, de l’Université de la Colombie-Britannique, de l’Université Laval et du Centre médical universitaire VU d’Amsterdam. La Fondation pour la recherche scientifique sur la SP reçoit la majorité de ses fonds de la Société canadienne de la SP.

Jusqu’à présent, les chercheurs ont largement attribué les dommages subis par le système nerveux central (SNC) chez les personnes atteintes de SP à une attaque auto-immune impliquant une réaction inflammatoire à l’origine des plaques caractéristiques de démyélinisation (également appelées lésions).

« Selon l’hypothèse à l’étude, la réaction inflammatoire impliquée dans la SP serait le résultat d’un processus dégénératif sous-jacent plutôt que la cause principale des lésions observées », explique le Dr Peter Stys, responsable de l’étude et chercheur du Département de neurosciences cliniques de l’Université de Calgary. « Autrement dit, un mécanisme sous-jacent causerait une dégénérescence qui déclencherait la réaction inflammatoire, laquelle amplifierait le processus dégénératif. »

En général, la SP progressive est caractérisée par un processus neurodégénératif non inflammatoire. Environ dix pour cent des personnes atteintes de SP reçoivent un diagnostic de SP progressive primaire. La SP progressive secondaire constitue la forme progressive de SP la plus courante : les personnes touchées présentent d’abord une SP cyclique (dite rémittente) qui, au fil du temps, se transforme en une forme progressive de la maladie. Cinquante pour cent des personnes qui ont reçu un diagnostic de SP cyclique verront leur état évoluer vers une forme progressive secondaire au cours des dix années suivant le diagnostic.

« L’auto-immunité et l’inflammation jouent un rôle indéniable, mais cela ne veut pas dire qu’elles constituent le point de départ de la SP. En comprenant mieux les tout premiers déclencheurs des processus morbides en cause, nous pourrions apprendre comment intervenir pour éviter la détérioration neuronale précédant la réaction inflammatoire, précise le Dr Stys. Cette étude pourrait fournir des données intéressantes sur les diverses formes de SP, soit cyclique et progressive. »

À l’heure actuelle, sept médicaments modificateurs de l’évolution de la SP ont été approuvés au Canada pour le traitement de la forme cyclique de la SP. Cependant, malgré les efforts considérables déployés jusqu’à présent, peu de progrès ont été réalisés à ce jour relativement à la prise en charge de la SP progressive primaire et de la SP progressive secondaire sans poussées.

« Il importe que des chercheurs s’intéressent sans plus tarder aux défis propres à la SP progressive », ajoute Karen Lee, vice-présidente des programmes de recherche de la Société canadienne de la SP. « Nous espérons que le Dr Stys et son équipe nous aideront à trouver des réponses. Est-il possible de déterminer les mécanismes qui déclenchent l’apparition des lésions associées à la SP progressive? Les résultats de l’étude contribueront-ils à la mise au point de nouveaux traitements qui permettront de prévenir ou de retarder l’apparition de la SP progressive ou d’en ralentir l’évolution? Cette étude pourrait nous aider à répondre à ces questions. »

« Les bonnes nouvelles sont fréquentes lorsqu’il s’agit du traitement de la forme cyclique de la SP, mais celles qui concernent la SP progressive sont vraiment très rares et ne permettent pas d’avoir beaucoup d’espoir », dit Richard Saulnier, qui a reçu un diagnostic de SP il y a 10 ans. « Je suis soulagé d’apprendre que des chercheurs des quatre coins du pays s’unissent pour tenter de comprendre la SP progressive. Je sens qu’on me soutient, et cela me donne de l’espoir. »

Bien qu’il n’existe actuellement aucun traitement efficace contre la SP progressive non accompagnée de poussées, il est possible d’atténuer nombre de ses symptômes, d’améliorer certaines des fonctions touchées, de même que de compenser les incapacités engendrées par cette forme de SP et d’améliorer ainsi la qualité de vie des personnes aux prises avec celle-ci. Rendez-vous sur le site Web de la Société canadienne de la SP pour obtenir plus d’information : scleroseenplaques.ca/fr/aider/types_prog.htm.

 

À propos de la sclérose en plaques et de la Société canadienne de la sclérose en plaques
La sclérose en plaques est une maladie chronique, souvent invalidante, du cerveau et de la moelle épinière. C’est l’affection neurologique la plus répandue parmi les jeunes adultes du Canada. Elle se manifeste le plus souvent chez des personnes de 15 à 40 ans, qui en subiront les effets imprévisibles toute leur vie. La Société de la SP offre des services aux personnes atteintes de SP et à leur famille et subventionne la recherche dont l’objectif est de trouver la cause et le remède de cette maladie. Si vous souhaitez faire un don ou obtenir plus d’information, rendez-vous à scleroseenplaques.ca ou composez le 1 800 268‑7582.

À propos de la Fondation pour la recherche scientifique sur la sclérose en plaques
La Fondation est un organisme affilié à la Société canadienne de la SP, laquelle constitue sa principale source de financement. La Fondation finance de vastes études coopératives multicentriques innovatrices qui favoriseront des avancées majeures dans le domaine de la sclérose en plaques. Il s’agit d’une entité entièrement canadienne.

À propos de la Faculté de médecine de l’Université de Calgary
La Faculté de médecine de l’Université de Calgary est un chef de file national de la recherche en santé et est réputée à l’échelle internationale pour son excellence et sa capacité d’innovation dans les domaines de la recherche et de l’enseignement en soins de santé et de la prestation de ces derniers. Elle contribue non seulement à la formation de la prochaine génération de professionnels de la santé, mais aussi au transfert des traitements et des techniques de diagnostic élaborés en laboratoire aux milieux cliniques afin d’améliorer les soins offerts aux patients. Pour obtenir plus d’information au sujet de cette Faculté, visitez le medicine.ucalgary.ca ou suivez les nouvelles à son sujet sur twitter.com @UofCMedicine. 

À propos du Hotchkiss Brain Institute
Le Hotchkiss Brain Institute de l’Université de Calgary abrite plus de 100 médecins et scientifiques qui s’engagent à faire progresser la recherche et la formation dans les domaines de la neurologie et de la santé mentale. Les forces de la recherche de cet établissement dans les neurosciences fondamentales (biologie et régénération des axones, circulation sanguine cérébrale, systèmes nerveux et comportement) aboutissent à de nouveaux traitements pour des troubles neurologiques et psychiatriques qui visent l’amélioration de la qualité de vie des patients et des soins qui leur sont donnés. Pour obtenir plus de renseignements sur le Hotchkiss Brain Institute, rendez-vous à ucalgary.ca.

-30-


Pour plus de renseignements, communiquez avec :

Lucie Bilodeau            
Directrice des communications
Société canadienne de la sclérose en plaques 
Téléphone : 514 849-7591
Courriel : lucie.bilodeau@scleroseenplaques.ca                                         

Marta Cyperling
Chef des relations avec les médias
Université de Calgary, Faculté de médecine
Téléphone : 403 210-3835
Courriel : marta.cyperling@ucalgary.ca


partager +
line
No d'enregistrement
10774 6174 RR0001

Société canadienne de la sclérose en plaques
Ligne sans frais pour joindre votre division : 1 800 268-7582

Courriel : cliquez ici info@scleroseenplaques.ca
(Veuillez inscrire le nom de votre municipalité et de votre province dans votre courriel.)

© Société canadienne de la sclérose en plaques