Société canadienne de la sclérose en plaques

Nouvelles

Recommandations à l’intention des personnes qui vivent avec la SP concernant les vaccins contre la COVID-19

  • Annonces

Dernière révision – 2 décembre 2021

Pour connaître les recommandations du Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI) relatives aux vaccins contre la COVID‑19, veuillez cliquer ici.

Les personnes qui vivent avec la sclérose en plaques (SP) veulent être rassurées quant à l’innocuité et à l’efficacité des vaccins actuellement offerts contre la COVID-19. Pour répondre à ce besoin, des organismes de la SP partenaires ont demandé à un groupe de médecins et de chercheurs experts de divers pays de se pencher sur les données scientifiques disponibles et de formuler des recommandations fondées sur les faits. Ces recommandations destinées aux personnes qui vivent avec la SP ont été revues et approuvées par le Réseau canadien des cliniques de sclérose en plaques (RCCSP) et par le comité médical consultatif de la Société canadienne de la SP.

Nous ne savons pas combien de participants aux essais cliniques sur les vaccins contre la COVID-19 avaient la SP. Les données recueillies lors de récentes études et issues de registres démontrent que les vaccins contre la COVID-19 sont généralement sans danger pour les personnes qui ont la SP et que les effets indésirables répertoriés parmi ces dernières sont semblables à ceux qu’on a constatés dans la population en général. Les présentes recommandations sont fondées, d’une part, sur les données collectées auprès des membres de la population générale ayant participé aux essais cliniques consacrés aux vaccins contre la COVID-19 et, d’autre part, sur les données d’études ayant porté sur l’administration d’autres vaccins aux personnes atteintes de SP.

Les présentes recommandations s’appliquent aux vaccins contre la COVID-19 qui ont été approuvés au Canada, à savoir ceux qui sont proposés par Pfizer-BioNTech, Moderna, AstraZeneca/COVISHIELD et Janssen (J & J). La pandémie de COVID-19 est une situation nouvelle qui évolue rapidement. Par conséquent, ces recommandations seront détaillées et révisées au fur et à mesure que le corpus de données scientifiques sur les vaccins contre la COVID‑19 s’enrichira. Veuillez consulter notre foire aux questions.

Les personnes atteintes de SP devraient envisager de se faire vacciner contre la COVID-19

Les données scientifiques démontrent que les vaccins contre la COVID-19 approuvés au Canada sont sûrs et efficaces. Rappelons qu’il vaut mieux prendre les décisions concernant la vaccination en collaboration avec son fournisseur de soins de santé, comme c’est le cas pour toute autre décision d’ordre médical. La plupart des personnes atteintes d’une forme cyclique ou progressive de SP devraient envisager la vaccination contre la COVID-19. Les risques associés à la COVID-19 sont probablement supérieurs aux risques que pourrait comporter la vaccination, plus particulièrement chez les personnes les plus susceptibles (voir ci-dessous) de contracter la COVID-19 à cause de leur travail ou de leurs conditions de vie et celles qui sont atteintes de maladies concomitantes dont on sait que celles-ci accroissent le risque de contracter la COVID-19. Par ailleurs, les gens qui vivent dans le même foyer que ces personnes et ceux avec lesquelles ces dernières ont des contacts étroits devraient également se faire vacciner contre la COVID-19 dès que possible, afin d’atténuer la propagation du coronavirus.

Le 12 janvier 2021, le Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI) du Canada a révisé ses recommandations relativement à la vaccination contre la COVID-19 en ce qui a trait aux personnes ayant une maladie auto-immune (lien menant aux recommandations). Le CCNI recommande de proposer une série complète de vaccins contre la COVID-19 aux personnes atteintes d’une maladie auto-immune si une évaluation des risques révèle que les avantages l’emportent sur les risques dans leur cas, et si ces dernières ont donné leur consentement éclairé après avoir été informées de l’absence de données probantes concernant l’administration d’un vaccin contre la COVID-19 en présence d’une maladie auto-immune.

Malgré l’absence d’études menées auprès de personnes atteintes d’une maladie auto-immune, le RCCSP est convaincu que la vaccination contre la COVID-19 devrait être envisagée chez toutes les personnes atteintes de SP, y compris les jeunes* qui sont aux prises avec cette maladie. Le RCCSP a adopté cette position parce que les risques liés à la COVID-19 semblent être supérieurs aux risques qui pourraient être associés à la vaccination contre cette maladie. Par conséquent, nous incitons les personnes atteintes de SP à discuter de la vaccination contre la COVID-19 avec leur médecin, afin de prendre la bonne décision à cet égard.

* Le 19 novembre 2021, Santé Canada a approuvé l’administration du vaccin contre la COVID-19 fabriqué par Pfizer-BioNTech chez les jeunes de 5 à 11 ans. Soulignons que les vaccins proposés par Pfizer-BioNTech et Moderna contre la COVID-19 avaient déjà été approuvés pour les jeunes de 12 ans et plus. Pour obtenir plus d’information quant à la vaccination contre la COVID-19 chez les enfants qui présentent une maladie neuro-inflammatoire, veuillez consulter notre foire aux questions.

Les personnes atteintes de SP les plus susceptibles de contracter une forme grave de la COVID-19 devraient envisager de se faire vacciner dès qu’elles auront accès à un vaccin contre cette maladie

Les personnes atteintes de SP progressive, les personnes âgées, les personnes aux prises avec des incapacités physiques marquées, les personnes qui ont certaines maladies concomitantes (p. ex. diabète, hypertension [haute pression], obésité, maladie cardiaque ou pulmonaire), les femmes enceintes, et les populations noires, hispaniques et autochtones, entre autres, sont les populations qui présentent un risque élevé d’hospitalisation liée à la COVID-19. Si vous faites partie de ces populations à risque, vous devriez envisager de vous faire vacciner dès que vous aurez accès à un vaccin contre la COVID-19. Cliquez ici pour obtenir un complément d’information sur le déploiement des vaccins contre la COVID-19 au Canada. La Société de la SP a demandé aux gouvernements de considérer comme prioritaire l’immunisation contre la COVID‑19 des personnes qui vivent avec la SP. Elle est ravie de constater que quelques provinces et territoires ont pris la décision d’inclure les personnes atteintes de SP dans les groupes ciblés lors des premières phases de vaccination mises en place.

Deux doses sont requises dans le cas des vaccins fabriqués par Pfizer-BioNTech, Moderna et AstraZeneca; une seule dose est requise dans le cas du vaccin fabriqué par Janssen (J & J). Le calendrier de vaccination est établi par les autorités de santé publique propres à chaque région.

Même les gens qui ont déjà eu la COVID-19 et qui se sont rétablis devraient envisager de se faire vacciner, puisqu’on ignore dans quelle mesure une personne qui a eu la COVID-19 est protégée contre une nouvelle infection par le coronavirus et combien de temps une telle protection, le cas échéant, peut durer. Ainsi, certaines personnes qui ont déjà eu la COVID-19 pourraient l’avoir de nouveau.

On croit que les vaccins contre la COVID-19 sont sûrs pour les personnes atteintes de SP

Les vaccins actuellement offerts contre la COVID‑19 conviennent tous aux personnes atteintes de SP.

Aucun d’eux ne contient de virus vivant et ne peut donner la COVID-19. Il est peu probable que leur administration déclenche une poussée de SP ou qu’elle influe sur la progression à long terme de la maladie. Les risques liés au fait d’avoir la COVID-19 sont probablement beaucoup plus considérables que tout risque de poussée de SP qui pourrait être associé à la vaccination.

À l’instar de tous les vaccins, les vaccins contre la COVID‑19 peuvent entraîner certains effets secondaires, comme la fièvre. Il se peut que des symptômes de SP s’accentuent momentanément en cas de fièvre, mais ils devraient revenir à leur intensité initiale lorsque celle-ci sera passée ou après la prise d’acétaminophène. Il est essentiel de recevoir la deuxième dose du vaccin contre la COVID-19 pour que celui-ci soit efficace, et ce, même si l’administration de la première dose a entraîné des effets indésirables.

Pour obtenir un résumé à jour des recommandations relatives à la vaccination contre la COVID-19, veuillez consulter le site du Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI).

On croit que les vaccins contre la COVID-19 peuvent être administrés en toute sécurité aux personnes qui reçoivent des médicaments contre la SP

Pour l’instant, on ignore quelle est l’efficacité réelle de la vaccination contre la COVID-19 chez les personnes atteintes de SP qui suivent un traitement par un médicament modificateur de l’évolution de la SP (MMÉSP). Poursuivez votre traitement à moins que votre fournisseur de soins de santé ne vous demande de l’arrêter ou de reporter son administration. L’arrêt brutal de certains traitements par un MMÉSP peut entraîner une aggravation marquée des incapacités et l’apparition de nouvelles lésions mises en évidence au moyen de l’imagerie par résonance magnétique (IRM). À la lumière des données d’études antérieures sur l’administration concomitante de MMÉSP et d’autres vaccins, on pense que les vaccins contre la COVID-19 peuvent être administrés en toute sécurité aux personnes qui reçoivent un MMÉSP, quel qu’il soit. Certains MMÉSP peuvent amoindrir l’efficacité des vaccins contre la COVID-19, mais les personnes concernées seront tout de même protégées dans une certaine mesure par la vaccination. Le moment où vous devriez vous faire vacciner contre la COVID‑19 doit être déterminé en fonction du risque que vous présentez de contracter cette maladie, compte tenu notamment de votre emploi et de la phase où en est la SP dans votre cas. Pour cela, vous établirez avec votre fournisseur de soins de santé le calendrier d’administration qui vous conviendra le mieux.

Selon les recommandations du Réseau canadien des cliniques de sclérose en plaques, aucune modification quant au dosage ou à l’administration n’est requise pour les MMÉSP suivants en cas de vaccination :

  • Interféron (Avonex, Rebif, Betaseron, Extavia, Plegridy)
  • Acétate de glatiramère (Copaxone, Glatect)
  • Tériflunomide (Aubagio)
  • Diméthylfumarate (Tecfidera)*
  • Natalizumab (Tysabri)
  • Fingolimod (Gilenya, versions génériques du fingolimod)
  • Siponimod (Mayzent)
  • Ozanimod (Zeposia)
  • Cladribine (Mavenclad)

* La plupart des personnes qui prennent du diméthylfumarate présentent un taux de lymphocytes normal, mais d’autres peuvent avoir un compte de lymphocytes réduit et devoir, de ce fait, consulter leur neurologue.

Si vous suivez ou envisagez de suivre un traitement par l’un des MMÉSP énumérés ci-dessous, il vous faudra peut-être coordonner l’administration des doses du vaccin contre la COVID-19 avec celle de votre MMÉSP. Pour cela, vous établirez avec votre fournisseur de soins de santé le calendrier d’administration qui vous conviendra le mieux.

  • Ofatumumab (Kesimpta)
  • Alemtuzumab (Lemtrada)
  • Ocrélizumab (Ocrevus)
  • Rituximab (Rituxan, Ruxience, Riximyo, Truxima)

Pour en savoir davantage sur la coordination optimale de l’administration d’un vaccin contre la COVID‑19 avec celle d’un MMÉSP, veuillez vous reporter aux recommandations formulées par le Réseau canadien des cliniques de SP (RCCSP) à l’intention des professionnels de la santé (lien). Compte tenu des complications graves pour la santé qui sont associées au fait de contracter la COVID-19, l’administration d’un vaccin contre celle-ci pourrait, dans votre cas, importer davantage que la coordination optimale entre la vaccination et votre traitement par un MMÉSP.

Il y va de la responsabilité de chacun d’entre nous de ralentir la propagation de la pandémie et d’éradiquer le virus en cause le plus vite possible

L’approbation de vaccins contre la COVID-19 sûrs et efficaces nous rapproche un peu plus de l’éradication de la pandémie en cours. Les données scientifiques ont permis d’établir que mise à part la vaccination, le port du masque, l’éloignement physique et le lavage des mains sont les stratégies les plus efficaces pour ralentir la propagation du coronavirus, et vous devrez continuer de les appliquer même si vous recevez un vaccin contre la COVID-19.

Vous trouverez un complément d’information sur l’efficacité et l’innocuité des vaccins contre la COVID-19 sur les sites du gouvernement du Canada et des Centers for Disease Control and Prevention (centres pour le contrôle et la prévention des maladies) des États-Unis (site en anglais).

Recommandations du Réseau canadien des cliniques de SP (RCCSP) relatives à la COVID-19

Ce qu’en disent les experts : SP et les vaccins contre la COVID 19

Les personnes énumérées ci-dessous ont été consultées dans le cadre de la préparation des présentes recommandations:

Neurologues spécialistes de la SP et experts en la matière

Nancy Sicotte, M.D., FAAN, présidente du National Medical Advisory Committee (comité médical consultatif national) de la National MS Society (organisme états-unien de la SP), Cedars-Sinai Medical Center, États-Unis
Brenda Banwell, M.D., présidente de l’IMSB (International Medical and Scientific Advisory Board; comité consultatif médical et scientifique international) de la Fédération internationale de la SP, Université de la Pennsylvanie, États-Unis
Amit Bar-Or, M.D., FRCP, Université de la Pennsylvanie, États-Unis
Jorge Correale, M.D., Institut de recherche neurologique Raul Carrea (FLENI), Buenos Aires, Argentine
Anne Cross, M.D., Université de Washington, secrétaire du conseil d’administration du Consortium of MS Centers (consortium des centres spécialisés en SP), États-Unis
Jaime Imitola, M.D., FAAN, Université du Connecticut, UConn Health (centre de santé de l’Université du Connecticut), États-Unis
Dorlan Kimbrough, M.D., Université Duke, États-Unis
Avindra Nath, M.D., National Institutes of Health (instituts nationaux de la santé)/National Institutes of Neurological Disorders and Stroke (institut national des maladies neurologiques et des accidents vasculaires cérébraux), États-Unis
Scott Newsome, DO, MSCS, FAAN, FANA, Université Johns Hopkins, président du conseil d’administration du Consortium of MS Centers (consortium des centres spécialisés en SP), États-Unis
Penny Smyth, M.D., FRCPC, Université de l’Alberta, Canada
Rachael Stacom, ANP-BC, SP, M.Sc.Inf., Independence Care System, États-Unis

Représentantes des organismes de la SP partenaires

Julie Fiol, inf. aut., M.Sc.Inf., National MS Society, États-Unis
Pamela Kanellis, Ph. D., Société canadienne de la SP
Julie Kelndorfer, Société canadienne de la SP
Hope Nearhood, MPH, PMP, National MS Society, États-Unis
Leslie Ritter, National MS Society, États-Unis

Groupe de travail sur la vaccination du Réseau canadien des cliniques de sclérose en plaques

Jodie Burton, M.D., M.Sc., FRCPC, Université de Calgary
Virginia Devonshire, M.D., FRCPC, Université de la Colombie-Britannique, présidente du Réseau canadien des cliniques de sclérose en plaques
Mark Freedman, B.Sc.Santé, M.Sc., M.D., CSPQ, FANA, FAAN, FRCPC, Université d’Ottawa
François Grand’Maison, M.D., FRCPC, Université de Sherbrooke 
Penny Smyth, M.D., FRCPC, Université de l’Alberta

Comité médical consultatif de la Société canadienne de la SP

Les présentes recommandations ont également été approuvées par :

  • L’ACTRIMS (Americas Committee for Treatment and Research in Multiple Sclerosis – comité des Amériques pour le traitement et la recherche dans le domaine de la sclérose en plaques)

Complément d’information sur les vaccins à ARNm contre la COVID-19 approuvés au Canada

Types de vaccins contre la COVID-19

Open navigation